Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cahiers haut-marnais

  • Monuments publics, monuments funéraires

    N° 292, 1er trimestre 2019

    Fortement marqué par une thématique patrimoniale, ce numéro vous emmènera à la découverte de monuments publics et funéraires disparus ou dont il ne reste que des vestiges dispersés. Pierre-Yves Le Pogam, conservateur en chef au département des sculptures au musée du Louvre, s'est ainsi intéressé à des fragments de tombeaux médiévaux conservés au musée de Chaumont. Son œil expert a permis de les replacer dans leur contexte de création et de document des œuvres aux informations de provenance assez lacunaires. Quittant la dimension funéraire pour celle publique d'une statue équestre, François Gandolfi a étudié la facette d'ingénieur du célèbre statuaire Edme Bouchardon dans la création de l'éphémère monument équestre de Louis XV. Enfin, Samuel Mourin nous soumet une minutieuse recherche consacrée à la non moins éphémère seconde porte de Buxereuilles à Chaumont : un arc de triomphe qui n'en portera jamais officiellement le nom.

    Hasard de la compilation éditoriale, ces trois articles ont tous la particularité de concerner Chaumont, que ce soit par des fragments et/ou des archives conservés au musée, par l'origine du sculpteur de Louis XV ou en raison d'un des monuments disparus de la cité. L'article de Claude Leseur, qui ne s'inscrit pas dans la thématique générale, est donc de bon aloi pour tempérer le centre de gravité de ce numéro. Il nous emmène à la découverte des notables dervois du XIXe siècle, aux opinions politiques bien arrêtées et ayant joué un rôle dans la vie publique locale.

    Enfin, comme nous vous l'avions précédemment annoncé, ce numéro inaugure une nouvelle rubrique, "Si la Haute-Marne culturelle m'était contée". Nous espérons qu'elle vous plaira et qu'à l'avenir, vous vous l'approprierez en nous soumettant brèves, courts articles, comptes rendus et tous autres textes rendant compte de la riche actualité culturelle haut-marnaise !

    Charles Guené, Président des Cahiers haut-marnais.

     

    SOMMAIRE

    L'art funéraire médiéval à Chaumont dans son contexte européen, par Pierre-Yves Le Pogam

    Edme Bouchardon ingénieur ? Le monument équestre de Louis XV à la lumière des papiers Laillaut de Wacquant, par François Gandolfi

    La seconde porte de Buxereuilles (1813-1860) : l'arc de triomphe inachevé de Chaumont, par Samuel Mourin

    Philanthropes ou démagogues au XIXe siècle : la famille Abreveux-Delaporte à Montier-en-Der et Doulevant-le-Château, par Claude Leseur

    Si la Haute-Marne culturelle m'était contée

     

    En couverture : éléments du coffre d'un tombeau, provenant probablement d'Autreville-sur-la-Renne, deuxième tiers du XIVe siècle. Musée de Chaumont. © Ville de Chaumont, R. P.

     

    Imprimé en 2019, 120 pages. Prix : 10 €. En stock, disponible en écrivant à cahiers.haut.marnais@gmail.com

  • Les glacières de la Haute-Marne

    N° 291, 4e trimestre 2018 

     

    Dans ce numéro, les Cahiers haut-marnais publient le résultat d'une enquête de longue haleine sur les glacières en Haute-Marne, menée entre 2011 et 2018. Ce patrimoine vernaculaire méconnu, en cours de disparition, méritait qu'un érudit s'y intéresse. Jacques Ricour a relevé le défi. Combinant dépouillements d'archives, interrogation des sources du web et visites sur le terrain, il est parvenu à documenter pas moins de 46 glacières haut-marnaises, qu'elles aient disparu, qu'elles soient partiellement comblées ou qu'elles soient encore intactes. Fort de mesures chiffrées, cet inventaire ne peut qu'en appeler d'autres sur le petit patrimoine témoin des activités de nos aïeux qui tend petit à petit à s'effacer de notre paysage.

    Egalement relatif à une pratique disparue, l'article consacré aux tuileries a pour autre point commun avec les glacières que la société moderne en sonna le glas. Mais Blandine Vue s'est surtout attachée aux hommes et aux femmes qui ont exercé cette activité au fil des siècles, nous informant sur leurs conditions de vie, leurs misères, mais aussi leur bonheur d'exercer un métier offrant une certaine liberté.

    Enfin, par le truchement des arts, Samuel Mourin vous plongera au cœur de la querelle de l'enseignement, qui marqua les débuts de la IIIe République.

    En somme, un numéro varié et riche, à lire au coin du feu !

    Charles Guené, président des Cahiers haut-marnais

     

    SOMMAIRE

    Les glacières de la Haute-Marne, par Jacques Ricour

    Les hommes et les tuileries en Haute-Marne du XIIIe au XXe siècle, par Blandine Vue

    Un jeune artiste chaumontais au cœur de la querelle de l'enseignement laïc/congréganiste : Arthur Gaillard à l'Exposition scolaire de Langres de 1873, par Samuel Mourin

    Exposition "La Haute-Marne vue par les premiers photographes, 1850-1880", mai-décembre 2019, par Samuel Mourin

     

    En couverture : glacière de Buxières-lès-Villiers. Cliché Jacques Ricour, 2009.

    Imprimé en 2018, 122 pages. Prix : 10 €. En stock, disponible en écrivant à cahiers.haut.marnais@gmail.com

     

     

  • Spécial 1914-1918 : la Grande Guerre des civils haut-marnais, le Monument à l'amitié franco-américaine de Chaumont, le journal de guerre de Louis Dorlet

    N° 290, 3e trimestre 2018

     

    Depuis 2014 et le début des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, les écrits publiés sur la Première Guerre mondiale ont été nombreux. Les Cahiers haut-marnais ont d'ailleurs déjà largement apporté leur pierre à l'édifice avec 3 numéros dédiés. Mais à l'approche du 11 novembre 2018, qui constituera à n'en point douter le point d'orgue des commémorations, il paraissait inévitable de s'attacher une dernière fois à ce sujet, sans risquer toutefois de lasser notre lectorat. C'est pourquoi ce numéro regroupe des contributions de natures très différentes.

    Il s'ouvre avec une synthèse de la vie des civils haut-marnais pendant le conflit, signée Bernard Plond. Les Archives départementales peuvent être fières : leurs efforts de mise en lumière de leurs fonds paient. En effet, l'étude en question est essentiellement issue de la lecture des notes d'instituteurs... numérisées et mises en ligne ! Cet opus des Cahiers haut-marnais s'achève avec la transcription brute de notes d'un poilu haut-marnais, Louis Dorlet, réalisé par une étudiante, Anaïs Bognard-Giffard. Encore une source publiée, me direz-vous ! Certes, mais un document quelque peu différent, frappé du sceau de la minutie, et dont l'intérêt majeur réside certainement dans le rôle de Louis Dorlet pendant le conflit : conducteur de camion au sein d'un régiment d'artillerie.

    Après le centième anniversaire de l'Armistice, viendra le temps de "commémorer la commémoration" d'après-guerre. Samuel Mourin nous en donne un avant-goût, en retraçant l'histoire d'un monument chaumontais que tout le monde voit mais que peu connaissent vraiment : le Monument à l'amitié franco-américaine, érigé en 1923.

    Année paire obligeant, les Cahiers haut-marnais tiendront cet automne, les 20 et 21 octobre, leur 3e colloque biennal. Pour cette édition, qui aura pour thème "Parcs, jardins et espaces clos", nous aurons le plaisir de recevoir nos amis bourguignons de l'ABSS, comme en 1956 et en 2006. Nous espérons vous y retrouver nombreux !

    Charles Guené, président des Cahiers haut-marnais

     

    SOMMAIRE

    La Grande Guerre des civils haut-marnais, d'après les carnets d'instituteurs, par Bernard Plond

    Le Monument à l'amitié franco-américaine de Chaumont (1923), hommage haut-marnais à l'Amérique, par Samuel Mourin

    Le journal de guerre 14-18 de Louis Dorlet, présenté, transcrit et annoté par Anaïs Bognard-Giffard

    Adresse aux lecteurs : appel à contribution !

    Association bourguignonne des sociétés savantes et Les Cahiers haut-marnais, colloque à Chaumont les 20 et 21 octobre 2018 sur le thème "Parcs, jardins et espaces clos" : programme

     

    En couverture : "Dommartin-le-Saint-Père, la soupe du soir". Photo-carte. ADHM, 2 Num 135/34.

    Imprimé en 2018, 176 pages. Prix : 12 €. En stock, disponible en écrivant à cahiers.haut.marnais@gmail.com